Accueil - Dossiers thématiques Accueil

Dossiers thématiques Accueil

Première visite sur le site

Meilleures ventes

Les promotions

 
  

La Radiesthésie

Le mot radiesthésie vient de « radius », qui veut dire « rayon », et « aisthêsis », « sensibilité ». Ce mot a été inventé en 1890 par l'abbé Bouly (1865-1958), curé de Hardelot (Pas-de-Calais), et par l'abbé Bayard, professeur à la faculté catholique de Lille, et sera officialisé en 1922 par l'association française et internationale de radiesthésie.

Le mot radiesthésie vient de « radius », qui veut dire « rayon », et « aisthêsis », « sensibilité ». Ce mot a été inventé en 1890 par l'abbé Bouly (1865-1958), curé de Hardelot (Pas-de-Calais), et par l'abbé Bayard, professeur à la faculté catholique de Lille, et sera officialisé en 1922 par l'association française et internationale de radiesthésie. On l’appelait aussi jadis « rhabdomancie ou encore « sourcellerie ». Elle consiste en l’utilisation d’un pendule ou d’une baguette (la fameuse baguette de sourcier), afin de découvrir des choses invisibles à la perception habituelle.

Origine

La radiesthésie est une discipline très ancienne : le plus ancien témoignage qui en atteste l’existence est une relique représentant l’empereur chinois Yu avec une baguette de sourcier et datant de l’an 147 !

En Europe, aux XVIe et XVIIe siècles, elle sert à trouver les sources et les trésors, mais aussi et surtout d’instrument de divination.

Le pendule, quand à lui, est mentionné pour la première fois en 1662 par le père Schott et est utilisé pour la recherche de l'or. C’est au XVIIIe siècle que cet outil de divination se met à servir aussi d’outil de mesure physique.

Dès la première moitié du XXe siècle, la radiesthésie commence à être prise au sérieux : les congrès se multiplient, le pape lui-même en 1934 fait appel à un radiesthésiste célèbre, on utilise les sourciers dans la recherche de mines, puis dans la recherche de sources pendant la seconde guerre mondiale…

Les différentes formes de radiesthésie

La radiesthésie a un champ d’action très large. On peut définir trois catégories de recherche radiesthésique : la radiesthésie visant à localiser personnes, sources ou objets ; la radiesthésie divinatoire et la radiesthésie médicale.

  • La radiesthésie « prospective »

    Il s’agit ici de déterminer la présence d’une source, minerai ou rayonnement tellurique dans le sol.

  • La radiesthésie divinatoire

    Il s’agit de déterminer, par exemple, l’emplacement et l’état d’une personne à distance, en utilisant un pendule et une carte routière. On peut aussi entrer en connaissance d’événements passés ou à venir.

  • La radiesthésie médicale

    La radiesthésie peut permettre, grâce au pendule, de découvrir, localiser, voire d’agir sur les afflictions dont peut souffrir le patient. Les applications curatives de la radiesthésie concernent aussi bien les maladies physiques que les tourments, complexes ou afflictions psycho-généalogiques à l’œuvre dans l’inconscient du patient.

Radiesthésie et géobiologie

Les termes « géobiologie » et « radiesthésie » apparaissent souvent ensemble. La géobiologie est en fait très fortement liée à l’approche « prospective » de la radiesthésie. On pourrait la définir brièvement comme l’étude de l’influence des différentes radiations, ondes, rayonnements cosmiques ou telluriques. La différence principale entre ces deux « disciplines » est que la radiesthésie correspond plutôt à une pratique, d’origine empirique, alors que la géobiologie est la facette plus théorique qui correspond aux mêmes phénomènes.

Etes-vous radiesthésiste ?

A l'instar de nombreuses disciplines, la radiesthésie ne nécessite pas forcément la présence d’un don de naissance chez le praticien. Ce n’est pas pour autant que le pendule ou la baguette suffisent à eux seuls au succès de l’opération. En fait, le pendule amplifie la sensibilité du radiesthésiste, sensibilité que tout un chacun peut développer, puisqu’elle est présente sous forme latente